GP7 Corps à corps

Samedi 17 novembre matin de 11h à 12h30

  • Du groupe relaxation femme enceinte au groupe massage mère bébé dans un centre thérapeutique parent-bébé.

Nous essaierons de montrer, à partir d’exemples cliniques, comment les corps de la mère et du bébé sont est pris en considération dans le groupe relaxation pour les femmes enceintes. Inspiré de la sophrologie et animé par une psychomotricienne et une infirmière, ce groupe permet aux mères d’être à l’écoute de leur propre corps et celui de leur bébé, leur permettant de penser ce bébé, et l’accueillir au mieux au moment de la naissance au moment de la première séparation.

Ensuite, nous verrons comment le groupe massage mère-bébé, proposé dans le premier mois de vie, est dans la continuité du groupe femme enceintes, comment les mères peuvent ou non  faire le lien  entre les mouvements du bébé in utero et le bébé présent, son tempérament, sa manière d’être en dialogue tonique. Aussi grâce à la médiation du massage, il s’agit d’aider les mères à se familiariser avec ce nouveau venu, de les aider à écouter le langage du corps de leur bébé, d’être en rythme, et de soutenir l’accordage et la rencontre. Le massage en face à face permet de mieux se regarder, aussi le bébé se sentant porté et enveloppé par le toucher est plus à même de se rendre disponible au dialogue. Il s’agit de soutenir la relation en favorisant l’attachement mais aussi de marquer les limites entre la mère et le bébé, pour se différencier, permettant l’émergence d’un début de langage. La rythmicité  du groupe en résonance avec le rythme du bébé et de la mère est un support pour l’élaboration des premières conversations mère bébé.

Intervenantes : Julie Vignalou, pédopsychiatre, Sandrine Dechaux-Blanc, psychomotricienne et Véronique Iteprat-Pirollet infirmière puéricultrice.

  •  Atelier peau à peau : « quand ta peau me fait langage ». Genèse d’un axe de rencontre

L’Unité d’Accompagnement de Soins Précoces de l’Hôpital Femme Mère Enfant de Bron propose un dispositif singulier de prise en charge psychique en post-partum immédiat au sein même de la maternité pour les dyades mère-bébé présentant une certaine vulnérabilité dans la mise en place des liens précoces. Aujourd’hui, la thématique de ce colloque « Soins corps et langage », a raisonné avec la pensée que nous avons déployé dans l’élaboration de l’atelier thérapeutique «  peau à peau ».

Tout comme un accouchement ne suffit pas à faire la mère, mère, notre idéal de la mise en peau à peau ne suffit pas à faire le lien mère-enfant. Poser un bébé sur la mère ne fait pas forcément langage, symbolisation.

A partir de cette approche précoce de la souffrance relationnelle chez ces dyades mère –bébé en difficultés que nous accueillons au sein de l’USAP, on observe combien la rencontre avec le bébé, l’identification, l’accordage, le dialogue tonique, la danse interactive… sont mise à mal. C’est à la fois dans le corps maternel, le corps soignant, le corps du bébé que va se jouer tout un modelage psychomoteur, transféro-contre transférentiel. Dans cette rencontre mère-bébé, en appui sur les soignants, du corporel vers le corps singulier, le corps langage, le corps symbolisant, se déploient certaines problématiques psychiques qui participeront aux fondations de la structuration du lien mère enfant, à la naissance de la mère à elle-même, à la convocation du temps de l’infantile maternel et du transgénérationnel, à la reconnaissance de l’altérité de son bébé.

Intervenantes : Céline Alcaraz, psychomotricienne et Nathalie Precausta, psychologue clinicienne en périnatalité.