GP1 Médecine néonatale : actualité de l’accueil des prématurés

En présence de Roger Salbreux

Vendredi 16 novembre de 9h à 10h30

  • Mise en place d’un programme de soins coordonnés autour du nouveau-né prématuré ou à terme, hospitalisé en Réanimation et/ou en Médecine néonatale de l’Hôpital d’Enfants du CHU de Dijon. Etat des lieux, difficultés, évolutions de la pratique des équipes soignantes et médicales.

Rappel des problématiques liées à l’ouverture des services de néonatologie aux parents.
L’accueil, l’écoute, et le soutien apportés aux parents. La collaboration des équipes soignantes de réanimation et de néo-natologie avec les psychologues-psychanalystes. La prise en compte de la sensorialité fœtale et postnatale dans les soins du corps du bébé. L’implantation des soins de développement en réanimation et médecine néonatale. La collaboration des parents aux soins de développement de leur bébé hospitalisé. Musicothérapie : le chant maternel comme une enveloppe contenante pour son bébé. Perspectives : La prévention des troubles psychosomatiques, relationnels et développementaux consécutifs à une hospitalisation en période néonatale.

Intervenant : Dominique Sandre, pédiatre-réanimateur, ancien Praticien Hospitalier du CHU de Dijon. Ancien Responsable du service de Réanimation Néonatale et Polyvalente de l’Hôpital d’Enfants. Ancien Directeur Médical des CAMSP PEP de Côte d’Or. Formateur à l’Atelier de Musicothérapie de Bourgogne. Membre de la Société Française de Musicothérapie. Membre du Collège éditorial de Spirale (Erès,Toulouse). Membre de la Société Médecine et Psychanalyse de Paris. Membre de la WAHIM France.

  • Impacts d’un changement d’installation lors du peau à peau en néonatalogie sur le bénéfices de ce soin relationnel.

La mère et le nouveau-né prématuré sont particulièrement vulnérables du point de vue interactionnel. La pratique de séances de peau à peau est un soin actuellement couramment réalisé dans les services de médecine néonatale. Les recherches récentes mettent en évidence les nombreux bienfaits de ce soin (Moore, Anderson & Bergman, 2007). Le peau à peau est par nature, le seul soin naturel parental, une niche sensorimotrice, entièrement dédié à la relation parent bébé, dès la réanimation néonatale. Pourtant, la pratique actuelle, similaire à celle d’origine, reste peu propice à l’échange visuel et tactile. Notre recherche vise à éprouver l’apport d’une installation novatrice en peau à peau appelée ‘flexion diagonale soutenue’ (FDS), conforme aux recommandations actuelles (Nyqvist & al, 2010) et répondant à trois inconvénients de l’installation en verticale dans les vêtements du porteur (sans outil de portage) couramment pratiquée : Nous vous présenterons les résultats d’une recherche interventionnelle prospective monocentrique cas-contrôle, lancée en 2015 sur 44 dyades mère/nouveau-nés prématurés (27-32 SA) observées au 1er peau à peau, 15 jours plus tard, à terme et aux 3 mois AC. Nous présenterons l’impact de ce changement d’installation sur la détresse maternelle (Stress et risque de dépression postpartum), leurs interactions comportementales (tactiles, visuelle, vocales et mimiques faciales) en tenant compte des états d’éveil/sommeil des nouveau-né prématurés et sur le développement neuropsychomoteur des enfants. Un changement d’installation lors du soin peau à peau représente une voie d’amélioration des bénéfices de ce soin en facilitant l’opportunité interactionnelle individualisée parent-bébé et en soutenant la construction de la parentalité. La formalisation de procédures de cette pratique est indispensable afin de l’homogénéiser et donner des repères facilitant l’accordage tonico-émotionnel de la triade parents-enfants-soignants.

Intervenante : Aude Buil, psychomotricienne en néonatalogie (CHSF,91) / CAMSP (Boulogne,92), doctorante Psychologie Paris V Descartes.